atelier de chantConseilscours de chant en lignestage

Chant et Covid-19 | Reprendre les répétitions et les cours de chant en présentiel

chanter avec un masque

Résultats des Dernières Études Publiées - Eté 2020

Voici les liens vers les 3 études mentionnées dans la vidéo ainsi que des extraits traduits en français.

"Exhaled respiratory particles during singing and talking"

Etude publiée en juillet 2020 par l'Université de Lund, Suède

"Par rapport à la parole, le chant implique souvent une voix continue, une pression sonore plus élevée, des fréquences plus élevées, des respirations plus profondes, des flux d'air de pointe plus élevés et des consonnes plus articulées. Tous ces facteurs sont susceptibles d'augmenter les émissions expirées."

"Le but de cette étude était d'étudier les émissions d'aérosols et de gouttelettes pendant le chant, par rapport à la parole et à la respiration."

émission postillons aérosols voix parlée chantée

"Les chanteurs professionnels ont produit environ deux fois plus de particules d'aérosol que les chanteurs amateurs"

"certaines consonnes, par exemple `` p '', `` b '', `` r '' et `` t '', généraient un grand nombre de petites à grandes gouttelettes"

Conclusion de l'étude

"Le chant a généré plus de particules et de gouttelettes d'aérosol respiratoire que de parler. Les particules d'aérosol et les gouttelettes expirées augmentaient avec le volume du chant. Les données indiquent également que les émissions pourraient augmenter à un rythme élevé. Le port d'un masque chirurgical ordinaire a réduit la quantité de particules d'aérosol et de gouttelettes expirées mesurées à des niveaux comparables à une conversation normale. Cependant, comme les masques chirurgicaux ont un ajustement lâche, certaines particules peuvent être sorties sur les côtés où nous n'avons pas mesuré. Sur la base de ces résultats, chanter en groupe est susceptible d'être une activité à risque de transmettre une infection si des mesures de contrôle et de prévention appropriées ne sont pas appliquées, telles que l'éloignement, l'hygiène, la ventilation et la protection."

Lien vers l'étude : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02786826.2020.1812502

"Impulse dispersion of aerosols during singing and speaking"

Chanteur du Bavarian Broadcasting Chorus pendant la série d'expériences dans le studio BR à Unterföhring - Source: Bavarian Broadcasting

Etude publiée en juillet 2020 par le LMU Hôpital Universitaire de Munich, Allemagne

"Le but de cette étude est d'étudier la dispersion impulsionnelle des aérosols pendant le chant et la parole par rapport à la respiration et à la toux."

"Les consonnes ont produit de plus grandes distances d'expulsion d'aérosol que les voyelles."

"La dispersion dans la dimension latérale et verticale était moins prononcée que dans la direction avant."

"Après l'achèvement de chaque tâche, le nuage a continué à se diffuser dans l'air en augmentant ses dimensions."

Conclusion de l'étude

"L'impulsion la dispersion vers l'avant s'est avérée plus grande que dans le sens transversal vers les côtés. Pour les distances de sécurité de 1,5 m à l'avant et 1 m de côté semblent trop courtes. Par conséquent, une distance de au moins 2 à 2,5 m à l'avant et 1,5 m sur le côté devraient être recommandés..."

"Cependant, la sécurité dépend également de l'accumulation d'aérosols pendant phonation et flux convectionnel. Par conséquent, une aération continue pendant la phonation pourrait diminuer la quantité d'aérosols et donc de réduire le risque de transmission d'infections. "

Lien vers l'étude : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.07.21.20158832v2.full.pdf+html

"Comparing the Respirable Aerosol Concentrations and Particle Size Distributions Generated by Singing, Speaking and Breathing"

Etude publiée en août 2020 par l'Université de Bristol, Royaume-Uni

"Il s'agit de la première étude à examiner les quantités d'aérosols et de gouttelettes (jusqu'à 20 µm de diamètre) générées par un grand groupe de 25 artistes professionnels effectuant une gamme d'exercices comprenant la respiration, la parole, la toux et le chant."

"Les chercheurs ont découvert qu'il y avait une forte augmentation de la masse des aérosols avec une augmentation du volume du chant et de la parole, augmentant d'un facteur 20-30."

"Il n'y avait pas de différences significatives dans la production d'aérosols entre les sexes ou entre les différents genres (chorale, théâtre musical, opéra, chœur, jazz, gospel, rock et pop)."

Conclusion de l'étude

"Les organisations musicales pourraient envisager de traiter la parole et le chant de la même manière, en accordant plus d'attention au volume auquel la vocalisation se produit, au nombre de participants (force de la source), au type de pièce dans laquelle l'activité a lieu (c'est-à-dire au taux de renouvellement de l'air) et à la durée de la répétition et de la période pendant laquelle les interprètes vocalisent."

Lien vers l'étude : https://chemrxiv.org/articles/preprint/Comparing_the_Respirable_Aerosol_Concentrations_and_Particle_Size_Distributions_Generated_by_Singing_Speaking_and_Breathing/12789221

  • Stéphane dit :

    Vidéo très informative Vahn.
    Je dois chanter une chanson dans un spectacle le mois prochain. J’y apporterai mon propre micro et tenterai de garder mes distances. A plus.