La Lune est Pourpre à Minneapolis

 

moon

1983.

J’ai 11 ans. J’assiste à ma première projection au Midem : « Purple Rain ». C’est un age où je me cache encore les yeux quand les acteurs s’embrassent mais mes oreilles, elles, sont bien ouvertes et c’est le Big Bang dans ma tête. La guitare de dingue, la voix de dingue…

1990.

J’ai 18 ans et nous partons avec mon ami Gaël dans l’État des Mille Lacs, le Minnesota. Nous allons à Minneapolis. Pourquoi ? Pour être au plus près de notre idole : Prince Roger Nelson, connu alors sous le nom de Prince. Nous errons dans la ville de long en large.

Nous avons des « contacts » qui nous baladent à bord d’une vieille Cadillac affichant des autocollants disant « Jesus is my savior » sur le pare-brise arrière. On va du club First Avenue, celui de Purple Rain, jusqu’à sa maison au moulin jaune à Chanhassen, où nous saluons son père John à la grille de la propriété… Un truc de dingue pour des gamins de 18 ans.

La Lune est Pourpre à Minneapolis la veille de notre départ. Elle est aussi énorme. Nous n’avons pas vu notre idole mais le souvenir de cette pleine lune pourpre au-dessus de la ville est gravée dans ma mémoire.

Je reverrai plusieurs fois Prince, en concert d’abord, lors d’After à Paris ensuite mais surtout à la FNAC des Ternes, avant une séance de dédicace, où nous avions, nous le personnel, eu la chance de le rencontrer avant les autres fans. Mon corps tremblait littéralement quand je me suis avancée vers lui…

Voilà. Il vient souvent dans mes rêves et nous chantons ensemble sur la scène du First Avenue. C’est ma vie parallèle. Je vous laisse, je vais me coucher là.

Until the end of time, I’ll be there 4 U

U own my heart and mind, I truly adore U

*****

Mes morceaux de coeur que je connais de fond en comble

  • I Feel For You (écrit par Prince, ma version c’est celle des Pointers Sisters d’abord, on avait le 33 tours à la maison, il a eu un énorme succès chanté par Chaka Khan)
  • Adore
  • Starfish and Coffee (parce qu’elle me rend joyeuse)
  • Sometimes It Snows in April et Purple Rain (parce que c’est pas la peine de les reprendre, ce ne sera jamais ni plus beau, ni aussi bien, c’est comme ça)

*****

Laisser un Commentaire